TRAVAIL EN ACTION

Collection 

 

Présentation de cette collection

Champ hautement investi aussi bien au niveau sociétal qu’institutionnel, organisationnel, groupal et individuel, le travail, ou notre absence de travail, s’impose dans l’environnement comme une manière de nous définir, de structurer nos vies, notre temps, nos espaces.

Il peut être source d’emprisonnement mental et physique ou terrain propice à l’épanouissement et à l’émancipation.

Ces publications proposent une analyse critique du travail notamment sous le prisme de la souffrance qui peut en résulter. Tout en dénonçant des mécanismes structurels qui produisent cet état, elles convoquent également des grilles de lecture reposant sur l’expérience vécue ou perçue et enrichie de leurs connaissances, par des acteurs et actrices des secteurs sociaux, de la santé et de l’économie sociale, dans l’intention d’initier ou de renforcer des issues et des pistes possibles.

Toutes nos publications sont en téléchargement gratuit. Cliquez sur l’image du livret de votre choix pour le télécharger. Pour l’achat de la version papier, contactez le CDGAI.

 

   La nouvelle publication 2018  

Titre : L’orientation professionnelle Facette subversive de la formation des adultes ?

Auteure :   Chantal Thomas

Livret  :  34 pages   ISBN : 978-2-39024-119-5               Année de parution : 2018

Formatrice et fondatrice d’un centre d’orientation professionnelle, l’autrice souhaite laisser une trace de l’évolution et de la complexité de cette question en analysant avec recul les fondamentaux de sa pratique.
Au cœur de ces pages nous découvrons en quoi l’orientation des adultes appelle des compétences et des ingénieries pédagogiques différentes de celles de la formation professionnelle en général, et pourquoi c’est un enjeu sociétal important de la distinguer et de la soutenir.

Ci-dessous : les publications de 2011 à 2017

Souffrance au travail (2011)

Jessica Ouraga
La souffrance se manifeste sur nos lieux de travail sous de multiples formes. Souvent, lorsque le «mal-être» est identifié, nous tentons de «soigner» la personne. Au contraire, ce livret propose des outils de lecture de ces ravages de l’ombre permettant d’en apercevoir les mécanismes organisationnels sur lesquels nous pouvons avoir prise collectivement. 

 


Livret 59 pages

Les travailleurs sociaux face à de nouvelles difficultés au travail (2013)

Jessica Ouraga
Les éléments amenant les travailleurs sociaux  à être «malade du travail» s’empilent tels des poupées russes, nous laissant dans l’obscurité d’un phénomène complexe et seuls pour y faire face. Qu’est-il en train de se dérouler ? Ces difficultés sont-elles propres à la personne ? À son métier ? Tous les travailleurs sociaux sont-ils face aux mêmes problèmes ? Nous vous proposons à travers ce livret de découvrir, de nommer les éléments favorisant l'émergence de la souffrance au travail dans le domaine social.

 


​Livret 53 pages

Contraintes et libertés (2013)

PRAXIS
La contrainte est-elle omniprésente dans notre société et donc dans le secteur psycho-social ? 

L’éducation permanente, la formation continuée, l’aide sociale, etc. sont-ils des espaces de normalisation sociale, voire de répression ou sont-ils des espaces d’expression et d’émancipation ? Comment les intervenants psycho-sociaux de l’asbl Praxis «font-ils avec» la contrainte qui pèse sur leurs usagers et donc sur eux ?

La direction de l’asbl Praxis a choisi de déposer toutes ces questions et leurs corollaires au sein de l’équipe pour recueillir la parole des intervenants et ensuite structurer les échanges sous formes de fiches invitant le lecteur à transposer ce questionnement au sein de sa réalité professionnelle.

​Livret 47 pages

Le journaliste - Acteur de changement social ? (2013)

Martha Regueiro
Le journaliste peut-il être acteur de changement social, peut-il transformer de manière durable et observable la structure ou le fonctionnement de l’organisation sociale de la collectivité ?

En théorie, la réponse à cette interrogation est oui…

… Or aujourd’hui, la triple crise économique, démocratique et identitaire qui frappe la presse de plein fouet remet en question cette légitimité. Entre le journaliste et le lecteur, le contrat semble rompu et les causes de cette

rupture semblent tout autant endogènes qu’exogènes.

 


​Livret 59 pages

L'ère des rapports - Un pouvoir normatif et responsabilisant propre au néo-libéralisme (2013)

Gaëlle Jeanmart, philocité

Nombreux sont ceux qui consignent chacune de leurs activités professionnelles dans un PV de réunion, un PV d’audition, un compte rendu d’activités annuel, mensuel, semestriel ou quotidien, une note interne, un rapport médical, un rapport d’expertise, un projet thérapeutique ou un projet commercial, un bilan financier, un tableau récapitulatif ou comparatif, etc. En dehors du travail, cette activité existe aussi : on fait rapport de sa recherche d’emploi, quand on n’en a pas. On tient un journal de bord ou un journal de classe. On consigne ses moindres gestes sur Facebook comme pour témoigner d’une vie trépidante. 

 


​Livret 50 pages

L'ère de l'évaluation - Une nouvelle mythologie de notre temps (2012)

Thomas Bern - Gaëlle Jeanmart (philocité)

Une approche critique à propos de la nouvelle ère du management de la qualité, reposant sur l’évaluation et l’ajustement qu’elle permet.

Le processus y est interrogé par une analyse instrumentale : comment ce dispositif normatif particulier agit-il sur l’homme et sur l’organisation sociale ? Et qu’est-ce qui, dans ces mécanismes normatifs, en nourrit la capacité d’agir sur les comportements ? Et quelles sont les forces de séduction qu’exercent l’évaluation et le reporting ? L’évidence même dans laquelle baigne le monde du travail concernant l’intérêt de l’évaluation et la variabilité des formes que prend celle-ci rendent plus urgentes ces questions.

​Livret 51 pages

Le travail comme police sociale (2012)

Gaëlle Jeanmart 
La réflexion proposée ici vise à sortir des évidences qui entourent la notion de travail, à mesurer et à questionner cette «valeur». L’enjeu est d’ouvrir la possibilité de penser une société sans travail, et cette possibilité est rendue plus urgente par le fait que le travail soit devenu, comme le souligne Dominique Méda, notre «fait social total».

 

 


​Livret 44 pages

La fiction : une réalité ? (2012)

Pierre Timmermans
Ce dossier propose divers éléments de documentation et de réflexion qui permettront de nourrir des échanges collectifs à propos de la souffrance au travail aujourd’hui. Notamment des capsules sonores (extraites d’un ciné-débat animé par le CDGAI en mai 2012 après la projection du film «De bon matin») sont proposées pour lancer ou alimenter des discussions de groupe.

 

 


​Livret 41 pages

Travail contemporain, rétablir le dialogue (2012)

Michaël Heck
A l’origine associées aux entreprises du secteur privé, les conditions de travail qui président à l’augmentation des formes de souffrance au travail contemporaines s’étendent au-delà des murs de l’entreprise marchande, la distinction entre secteurs privé, public et associatif devenant de plus en plus fine.Alimenté par une expérience de psychologue du travail en entreprise et en consultations avec des travailleurs en souffrance, ce livret a pour but de fournir des pistes d’action à toute personne désireuse d’entamer des démarches collectives de changement des situations de travail créant de la souffrance.

​Livret 41 pages

Le changement dans le travail social (2014)

(vidéo)

Interpellés par les changements professionnels que vivent les travailleurs sociaux, le C.D.G.A.I. et l‘Etablissement de l’Enseignement de Promotion sociale C.P.S.E. se sont associés afin de vous inviter à une matinée visant à éclairer, sensibiliser et impulser une réflexion collective autour des changements dans le travail social.

L’intervention de Geoffroy Matagne, politologue et maître de conférences à l’Université de Liège a porté sur «L’impact des politiques publiques sur le travail social». Jessica Ouraga, psychologue et auteure du livret pédagogique «Les travailleurs sociaux face à de nouvelles difficultés au travail» ainsi qu’Anne Jacob, co-directrice de l’asbl Praxis,

auteure de «Contraintes et libertés» ont également nourri la réflexion des participants.

 

​Vidéo 117 min.

Chômeur ou chômage ? (2014)

Jessica Ouraga

Les sans-emplois doivent souvent faire face à des critiques et des rejets. Leur responsabilité quant à leur sort est mise en doute. Leur motivation sert de jauge quant à leurs perspectives professionnelles. Ils sont à la fois objet de curiosité et en même temps présentés comme objet connu de tous. Que savons-nous sur les chômeurs ?

L’auteure a souhaité aborder ce curieux mélange de connu et d’inconnu suite à un atelier d’échanges de pratiques, qui a rassemblé des professionnels, témoins de leur secteur (centre d’accueil et de formations pour personnes en difficultés, accueil et travail avec des primo-arrivants, milieu culturel, musical, sportif, scolaire et de la formation).

Cet atelier a servi de recueil d’informations et a vu émerger une réflexion quant à l’exclusion des chômeurs. En quoi les chômeurs posent-ils question ? L’exclusion s’impose-t-elle à chacun de manière immuable ?

 

Livret 50 pages

Equipe en crise (2014)

Damien Kauffman

La crise appliquée au domaine des relations d’équipe semble faire l’objet de moins de considération dans la littérature spécialisée que dans d’autres domaines liés aux relations humaines. Les interventions, supervisions et autres team building centrés sur la dynamique d’équipe ne manquent pas mais, à peine effleure-t-on du bout des lèvres l’existence de l’un ou l’autre obstacle dans les relations d’équipe que l’on semble déjà dépasser l’entendement, voire que l’on se voit taxé de nourrir la dynamique de négativisme. Il n’est donc pas rare que l’on attende que les difficultés deviennent trop prégnantes, voire que l’on se trouve en situation de crise, pour enfin agir. Sans prétention d’exhaustivité, nous espérons que tout lecteur sera davantage utilement informé pour assurer à l’avenir un rôle d’acteur influant de manière constructive et proactive sur le devenir de l’équipe dans laquelle il s’insère.

 

Livret 40 pages

Le travail social d'aujourd'hui est-il devenu barbare ? (2015)

Christine Donjean

Dans le cadre de ses ateliers d’échanges de pratiques, le Centre de Dynamique des Groupes et d’Anayse institutionnelle a souhaité débattre, avec cinq travailleuses sociales d’horizons très divers, des thèses défendues par Didier Vrancken dans son ouvrage Social barbare paru en 2010. L’hypothèse étant que la situation des intervenants sociaux se serait encore aggravée. Dans cet ouvrage, Didier Vrancken se posait des questions fondamentales sur ces évolutions. Il s’agit donc de questionner ces thèses dérangeantes, cinq ans après leur publication, en se demandant dans quelle mesure elles sont toujours d’actualité, mais surtout, dans quelle mesure elles sont montées en puissance et dénoncent un travail social de plus en plus précarisé.

 

Livret 40 pages

Réflexion sur la précarité et le travail social (2015)

Bruno Frère

Bruno Frère propose, dans un premier temps, de questionner historiquement la notion de précarité pour, dans un deuxième temps, essayer de comprendre ses résonances  contemporaines, notamment au regard du travail social, puisque que c’est bien au travailleur social, aujourd’hui, qu’il est demandé de gérer la précarité. C’est lui aujourd’hui qui a la responsabilité de «réinsérer» comme on dit, ceux que l’on appelle les «précaires» sur le marché de l’emploi, ce dernier censé être toujours l’échappatoire assuré à la pauvreté

 

 

Livret 34 pages

Ethique et travail social (2015)

Entre contraintes et libertés, quelles issues à inventer collectivement ? Retranscription de l’intervention d'Edouard Delruelle

Edouard Delruelle politise ici les probèmes soulevés dans le travail social comme étant éthiques. Cela ne veut pas dire «faire de la politique» mais «placer les problèmes à un niveau politique où chacun fait ses choix et se détermine». Il distingue tout d’abord la morale de l’éthique, pour ensuite, évoquer les tensions auxquelles les travailleurs sociaux sont souvent confrontés. Penser l’Etat social, relever les défis et la mutation de l’Etat social, lui permettent enfin d’identifier quatre pistes de réflexions parmi lesquelles l’organisation, en Belgique, d’Etats généraux du Travail social pour croiser à la fois les problèmes et les solutions.

 

Livret 26 pages

Ethique et travail social (2015)

Entre contraintes et libertés, quelles issues à inventer collectivement ? Retranscription de l’intervention de Bruno Frère

Sur ce thème et ces questions, Bruno Frère évoque du point de vue sociologique, la question du care et du travail social ainsi que la question de la démocratie et du sens collectif ; il tente de montrer que l’on peut aujourd’hui s’essayer à  les construire en termes d’éthique. 

 

 

 

Livret 20 pages

Ethique et travail social (2015)

Entre contraintes et libertés, quelles issues à inventer collectivement ? Retranscription de l’intervention de Caroline Legrand, Représentante du Comité de Vigilance en Travail Social (C.V.T.S.)

 

Le présent texte constitue la retranscription de l’intervention de Caroline Legrand, représentante du Comité de Vigilance en Travail Social (C.V.T.S.). Il se veut pratique et complémentaire des interventions d’Edouard Delruelle et de Bruno Frère. Après avoir présenté la vocation du C.V.T.S., ses objectifs et ses moyens d’action,  Caroline Legrand illustre par des exemples concrets en quoi l’éthique et le travail social sont intimement liés.

 

 

Livret 13 pages

Ethique et travail social (2015)

Entre contraintes et libertés, quelles issues à inventer collectivement ? 

Retranscription des comptes-rendus des ateliers de la journée de réflexion du 24 octobre 2015

Cinq ateliers ont fait l’objet d’une réflexion collective sur une thématique identifiée par les participants à l’issue de la matinée. Le lecteur trouvera dans les pages qui suivent les propos réflexifs relatifs aux cinq thèmes suivants :  «Mise en critique,  désobéissance et  subversion», «Care et capabilité, est-ce inconciliable ?», «Mobilisation, clé de l’action collective ?», «Travailleurs sociaux, quelles sont les tensions qui nous traversent ?» et enfin, «Ecoles/formations : quelles responsabilités dans la promotion du changement social ?».

Livret 19 pages

Le conformisme (2016)

Marie-Anne Muyshondt

L’influence majoritaire est souvent connotée négativement dans nos sociétés.

Ce processus a été beaucoup étudié : pourquoi tant d’intérêt ? La seconde partie du 20ème siècle a été l’objet d’une large remise en question sociétale et culturelle à propos de ce qui a permis des horreurs massives comme l’holocauste, la domination de divers pays par des dictateurs, le développement d’un communisme totalitaire, l’avènement d’un néolibéralisme mondial… Des démarches ont été menées et le sont encore, pour chercher à comprendre les mécanismes qui permettent ou favorisent ces diverses formes de domination de masse, pour sensibiliser et conscientiser à la nécessité d’une pensée libre, critique, responsable et participative.

Livret 56 pages

La désobéissance (2016)

Marie-Anne Muyshondt

Qu’est-ce que la désobéissance questionne à propos de nous, de notre relation à l’autorité, de nos institutions, du travail, des relations de pouvoir dans notre société ?

Que révèlent les travaux de Milgram à propos des mécanismes psychologiques et relationnels que nous mettons en oeuvre pour ne pas désobéir ?

Si on refuse d’obéir, que se passe-t-il ?

Et si on ne désobéit pas ?

Livret 66 pages

Pourquoi acceptons-nous de nous soumettre ? (2016)

Marie-Anne Muyshondt

A partir de l’expérience de Stanley Milgram sur la soumission à l’autorité, cette publication donne un éclairage psychosocial et porte un regard critique sur :

• les enjeux et objectifs de l’organisation du travail, la participation des travailleurs , le sens donné au travail collectif ;

• les effets générés par l’adoption d’un certain style de management ;

• les modes d’articulation pouvant s’établir entre l’individu, le groupe et la société.

• Elle contribue à renforcer :

• la capacité de poser de justes limites dans nos relations ;

• la conscience de soi et du contexte dans lequel nous nous situons ;

Elle interroge nos actes et leurs conséquences, nos responsabilités, nos engagements, les pressions que l’on met aux autres ou auxquelles nous sommes confrontés.

Livret 52 pages

Lean Management - Le nouvel équilibre (2016)

Simon Tonon

Le LEAN est un modèle de management de plus en plus répandu dans les grosses entreprises privées et le secteur public. Il encourage la chasse aux gaspillages ; il fait de l’observation sur le terrain un préalable à l’identification des opportunités d’amélioration des processus. Les débats en groupe de travailleurs, sous couvert de les responsabiliser, visent toutefois à augmenter la valeur des produits ou des services aux yeux des clients.

L’auteur aborde le sujet par sa contextualisation historique. Devenir LEAN, c’est comme devenir mince, allégé…

Dégraisser pour (s’) engraisser ?

 

Livret 60 pages

Les défis de l'Etat social   -   De quoi l'éthique est-elle le nom (2015)

Edouard Delruelle                 Bruno Frère

Édouard Delruelle propose de replacer les difficultés des travailleurs sociaux, et les souffrances qu’elles provoquent, dans un cadre analytique large : celui des mutations actuelles et futures de l’État social. Car c’est à ce niveau que se joue la dissociation, évoquée plus haut, entre la logique des intérêts et celle des identités, et que l’on constate une dialectique négative entre les inégalités sociales qui se creusent, et les tensions identitaires et communautaires de plus en plus marquées. 

Bruno Frère s’interroge quant à lui sur les injonctions qui sont faites aux travailleurs en général au nom de «l’éthique» : investissement personnel, travail sur soi, engagement. Après le paternalisme du XIXe et le fordisme du  XXe siècle, un «troisième esprit du capitalisme» domine, qui exerce sur le travailleur un contrôle «biopolitique» 

d’autant plus aliénant qu’il en appelle à son sens de l’autonomie et de l’empathie. 


​Livret 41 pages

Accompagner des projets en économie sociale (2015)

François Moens

L’auteur espère partager ici des questions et un apprentissage qui se sont construits au fil de sa pratique professionnelle de même qu'une vision juste et humaine du champ de l’économie sociale. Il n’a pas la prétention d’apporter des enseignements vrais et transposables. Il s’agit pour lui de partager des expériences qui ont changé sa relation à sa pratique professionnelle et des rencontres qui l’ont interrogé et remis en question. Il s’agit aussi d’essayer de témoigner des motivations, besoins et attentes des porteurs de projets et entrepreneurs qui ont croisé sa route. Si les «aventures» des personnages qui se promènent au fil des lignes font naître des questions, des envies et des débats sur ce qu’est l’économie sociale, sur ce que sont les entrepreneurs de ce secteur particulier et sur la place qu’ils occupent et pourraient occuper dans le paysage économique de notre région, le pari sera gagné.


​Livret 43 pages

Chacun pour soi ou tous ensemble, il faut choisir ! (2015)

Cloé Stéveny

Cet outil pédagogique comporte un exercice structuré et un livret.

En expérimentant une résolution de problème ludique, les participants seront amenés à identifier la multiplicité des situations dans notre vie de citoyen, où confrontés au dilemme compétition/coopération, nous nous laissons inconsciemment happer dans une relation de méfiance et de concurrence. 

Le texte qui accompagne l’exercice a pour objectif une meilleure compréhension des raisons qui expliquent la prédominance de la compétition dans le monde du travail et ses conséquences. Il offre également aux lecteurs des pistes qui permettent de résister aux attraits de la compétition. Enfin, il fait le relevé, non exhaustif mais actualisé, de nombreuses initiatives innovantes basées sur la coopération, particulièrement celles qui sont initiées en Belgique


​Livret 64 pages

Avec le soutien de la

Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Wallonie

Avec le soutien

du Fonds social européen

  • Wix Facebook page